samedi 24 novembre 2018

UN OBÉLISQUE ÉRIGÉ DANS LES DUNES EN MÉMOIRE D'UN DRAME SURVENU EN 1847.

1973, Ecole Jean Macé d'Equihen, classe de CM2 de Monsieur Brunel.

Une carte de l'Institut Géographique National est scotchée au mur ...

A 10 ans on n'est pas forcément intéressé par les isoplèthes d'altitude (courbes de niveaux) qui tentent de reproduire le relief sur un plan en 2 dimensions.

Cependant sur la carte une inscription attire le regard des plus curieux : "Obélisque", petit point situé entre Equihen et Hardelot dans ce qui semble être une grande étendue désertique ...


Questions à l'instituteur, qui tente de répondre comme il peut : "ça doit être un repère pour marquer un endroit particulier" ...

Le printemps arrivant, la recherche de l'obélisque commence, prétexte a de véritables "expéditions" où on s'éloigne de plus en plus du village en explorant à chaque fois un peu plus les dunes.

C'est que l'obélisque est beaucoup plus près d'Hardelot que d'Equihen et bien caché des regards dans un repli du relief ...

Et puis un jour, ultime récompense de semaines de recherches infructueuses, le monument apparaît enfin en contre bas d'une dune !


Majestueux, se dressant seul au milieu d'une végétation maintenue rase par le vent et le sel.

Et la surprise ne s'arrête pas là ...

Sur deux des côtés de la base du monument un texte est gravé dans la pierre, relatant l'événement à l'origine de ce mémorial.

Coté sud, le texte en français est parfaitement lisible, tandis que coté nord, on a beaucoup de mal à déchiffrer le texte rédigé en anglais, considérablement dégradé par des éclats de la pierre et la mousse qui a recouvert cette face qui n'est jamais réchauffée par les rayons du soleil.

Le texte en français, gravé sur la base coté sud bien préservée :

Le texte en anglais, gravé sur la face côté nord considérablement dégradée :

Voici une retranscription du texte gravé en français :

Le mystère de la présence d'un obélisque dans les dunes était résolu, et le récit du drame ayant coûté la vie à Frederick Bateman en 1847 allait alimenter les conversations de la cour de récréation pendant un bon moment.

Bien des années plus tard j'ai entrepris des recherches sur internet pour tenter d'en savoir plus sur le malheureux décédé. Il est né en 1825, 7eme enfant de Colthurst Bateman (installé à Bertholey (= Bartholey), comté de Monmouthshire, sud-est du pays de Galles mais originaire du comté de Kerry au sud ouest de l'Irlande) et de Jane Sarah Gardner-Kemeys (originaire de Bertholey).  :


Carte localisant Bertholey House :


Voici un dessin représentant Bertholey House où a grandi Frederick Bateman.
Un grand merci à Marc Glorieux qui m'a envoyé ce document.

 
Ci dessous deux photos prises en 1997 des ruines de Bertholey House. La demeure a été dévastée par un incendie en 1905 et ne sera reconstruite qu'en 1999.



Vue de Bertholey House en octobre 2014.


Frederick Bateman est enterré à l'emplacement 1-A-11 du cimetière de l'abbaye de Bath, aux cotés de ses parents:


Revenons maintenant à l'obélisque.
En 1943, près d'une centaine d'année après le drame, les allemands, qui sont en train de construire le mur de l'Atlantique, donnent son nom au point d'appui côtier "Stützpunkt (Stp) Obelisk", situé entre Equihen et Hardelot, non loin du monument.


Vestiges toujours visibles du"Stützpunkt Obelisk" sur la plage entre Equihen et Hardelot : (Voir à ce sujet mon article : AVRIL 1942 : LES ALLIES ONT DEBARQUE AU SUD DE LA PLAGE D'EQUIHEN )


Depuis 1973 la végétation des dunes environnant l'obélisque a beaucoup évolué, principalement avec la plantation de pins à la fin des années 70.

Voici un cliché pris en 2004, à cette époque l'Obélisque était totalement entouré d'arbres, et on pouvait passer à quelques mètres sans le voir.


Aujourd'hui, après un déboisement conséquent, l'obélisque a retrouvé la lumière du soleil  et s'élance vers le ciel dans un écrin de verdure ...


... mais toujours masqué des regards derrière l'épaisse forêt qui le protège.



MISE EN GARDE

Avant de conclure cet article je dois mettre en garde les personnes qui souhaiteraient se lancer à la recherche de l'Obélisque.

Le monument est situé dans un terrain privé, l'accès en est strictement interdit. 

De nombreuses pancartes apposées un peu partout le rappellent :


Des panneaux avertissent également de la présence de pièges à nuisibles sur le terrain :


Hors saison de chasse, en plus de vous blesser gravement dans un piège, vous encourrez une sérieuse admonestation ainsi qu'une contravention de passage.

En période de chasse (et aussi en cas d'opération de destruction de nuisibles), vous risquez d'alimenter la rubrique des accidents mortels.
En effet la configuration des lieux, avec une multitude de vallons ainsi qu'une forêt de pins très dense réduit considérablement la visibilité des chasseurs, comme celle des promeneurs imprudents.

Si vous passez à proximité, respectez scrupuleusement les panneaux d'interdiction et ne vous aventurez pas dans la propriété privée, tout en ayant une pensée pour Frederick Bateman, fauché en pleine jeunesse il y a plus de 170 ans.

Article publié par Yves Novembre 2018    Photos  © YVES

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour laisser vos commentaires, si vous n'avez pas de compte, sélectionnez "Nom/Url" (Vous devrez alors entrer votre nom et un lien vers votre site si vous le désirez) ou "Anonyme" tout en bas du menu déroulant puis écrivez le commentaire en signant de votre prénom ou de vos initiales.

Reproduction des articles, photos et vidéos interdite. Tous Droits Réservés © YVES - EQUIHEN PLAGE COTE D'OPALE - 2014, 2015, 2016, 2017, 2018