lundi 19 septembre 2016

LE REMORQUEUR ABEILLE LANGUEDOC : LE GARDIEN DU DETROIT

Sa silhouette est familière aux Equihennois qui peuvent le voir régulièrement à l'ancre au large de la plage : L'Abeille Languedoc est un remorqueur d’intervention d’assistance et de sauvetage (RIAS).

Vous avez déjà pu voir quelques photos de ce navire à la fin de mon article consacré au Privateer, le remorqueur anglais échoué sur notre plage en 1918 : L'EPAVE DU REMORQUEUR : UNE HISTOIRE MOUVEMENTEE !

L'Abeille Languedoc faisant route au large d'Equihen.

L'Abeille Languedoc au mouillage le soir entre Equihen et Hardelot.
Le tirant d'eau très important du remorqueur (7 mètres) l'empêche de sortir du port à marée basse, quand le niveau d'eau est très bas, au moment des grands coefficients de marées. A ces périodes il vient donc s'ancrer pour pouvoir assurer sa mission 24H/24.

Ci dessous une carte du site MarineTraffic.com indiquant la position de l'Abeille Languedoc quand il vient s'ancrer pendant les grandes marées au large d'Equihen.

Une visite était organisée début août au Quai de l'Europe, j'en ai profité pour faire quelques photos et glaner quelques informations.


Ci dessous une partie de l'équipage de l'Abeille Languedoc en compagnie de Jean-Paul Hellequin (2eme  en partant de la gauche).
J-P  Hellequin a été surnommé "Le trublion des quais" en raison de son engagement sans faille pour la cause des marins en général et pour la défense du pavillon Français en particulier.
Il s'investit également dans de nombreuses associations, dont l'ADOSM (Association Des Oeuvres Sociales de la Marine), au profit de laquelle était organisée la visite du remorqueur.


L'Abeille Languedoc le long du quai de l'Europe :



Historique du navire :

D'abord nommé Neptun Gothia le remorqueur a été mis à l'eau en 1978 au chantier Ulstein en Norvège. Il fut initialement commandé par un armement suédois afin d'opérer dans l'offshore. Mais à l'issue de sa construction, le marché de l'offshore étant en pleine récession, le Neptun Gothia et le Neptun Suecia, son navire-jumeau, sont désarmés.

A cette époque la compagnie Abeilles International cherche deux remorqueurs de haute mer pour la surveillance et le sauvetage le long des côtes françaises. En juillet 1978 elle loue ces deux unités et s'en porte acquéreur un an plus tard.

Le Neptun Gothia devenu Abeille Languedoc est tout d'abord basé à Cherbourg où il est en alerte permanente.

Il sera remplacé en octobre 2005 par l’Abeille Liberté de 80 mètres et d'une force de traction de 200 tonnes appartenant aussi à Bourbon.

L'Abeille Languedoc est alors envoyé à La Rochelle, où il assure la sécurité sur les côtes du centre Atlantique.

C'est à la suite de la décision du gouvernement britannique d'arrêter sa participation financière à l'affrètement en commun du remorqueur "Anglian Monarch", chargé des interventions dans le détroit du Pas de Calais, que les autorités françaises prennent la décision pour compenser ce retrait de repositionner l’Abeille Languedoc à Boulogne-sur-Mer à partir du 1er octobre 2011.

Affrété par la Marine nationale il réalise au quotidien des opérations de sauvetage, d’assistance à navire en difficulté et de lutte antipollution. Le tout, sous le contrôle du préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord et dans le cadre de l’action de l’État en mer.

L'Abeille Languedoc doit pouvoir appareiller dans les quarante minutes qui suivent l’appel de la préfecture maritime. L'équipage travaille en moyenne sur des périodes de quatre à six semaines sans interruption puis dispose d'autant en congés.

Vue technique :


Quelques chiffres :

Équipage :  12 hommes  (7 membres d’équipage et 5 officiers).

Longueur :  63,4 m

Maître-bau : 14,74 m

Tirant d'eau : 7 m

Motorisation :  4 moteurs Diesel quatre temps Atlas-MaK 8 M453 AK (8 cylindres en ligne) de 3200 ch

Puissance totale :  12 800 ch

Electricité :  2 alternateurs attelés Siemens de 440 kVA chacun, 3 groupes Diesel-alternateurs Caterpillar D353TA/Siemens de 320 kVA chacun.

Propulsion principale :  2 hélices de 4,20 mètres de diamètre à pales orientables en tuyères Liaaen entraînées chacune à 150 t/mn par deux moteurs, par l'intermédiaire d'un réducteur-jumeleur Lohmann & Stolterfoht GVA 1250 C avec embrayages pneumatiques;

Propulseurs d'étrave : 2 propulseurs transversaux avant Ulstein de 350 CV chacun

Vitesse :  17 nœuds

Capacité :  160 tonnes de traction au point fixe

Distance franchissable : 36000 nautiques

Armateur : Les Abeilles (Groupe Bourbon)     Affréteur : État français Marine Nationale     Pavillon : France

Equipements de remorquage et grue :

1 treuil de remorquage Norwinch (400 t de charge statique), avec tambour d'une capacité de 1500 m de câble, de 70 mm, tension 150 t

1 treuil de remorquage Norwinch (400 t de charge statique), avec tambour d'une capacité de 1500 m de câble, de 70 mm, tension 150 t

1 treuil à embrayage par friction de 1500 m de câble et de tension constante de 110 t

1 grue de 4t Hydralift


Pour vous repérer :


Qu'est ce que le marquage AEM   ?

Le marquage AEM pour Action de l'État en Mer est un ensemble de marques visuelles portées par les bâtiments et aéronefs de la Marine nationale chargés de missions de service public. Il s'applique aussi aux bâtiments affrétés, ainsi qu'à ceux des Affaires maritimes, des douanes, et de la gendarmerie. Ces marquages permettent une meilleure reconnaissance visuelle des différents corps nationaux chargés de l'Action de l'État en Mer. Cela favorise également la coordination opérationnelle des moyens entre les administrations et les forces navales.

Marquage AEM (Action de l'Etat en Mer) de l'Abeille Languedoc.
Ces trois bandes obliques aux couleurs du pavillon national symbolisent l'unicité de l'action, malgré la diversité des administrations d'appartenance.

Suite des photos :

La passerelle de commandement.


La passerelle arrière d'où l'équipage supervise les opérations de remorquage.

La table à cartes.

En mer il faut être autonome, voici deux photos d'une partie de l'atelier :


La salle de contrôle des machines.


Deux des quatre  moteurs Diesel Atlas-MaK :

Un treuil de remorquage et son cable.

Croc de remorque.

Sur la photo suivante on peut voir des "pantoires".
Une remorque est constituée d'un gros câble d'acier principal, d'un "spring" (ressort) en fibres synthétiques apportant de l'élasticité, d'une pantoire en fil d'acier d'un diamètre inférieur jouant le rôle de fusible, et d'une courte chaîne dont la dernière maille est fixée sur le navire remorqué. En cas de trop forte traction c'est la pantoire qui va casser, épargnant le câble principal.


Vue du pont arrière.

En face du quai de l'Europe où est amarré le remorqueur on peut voir un autre quai et une magnifique passerelle double pont attendant désespérément le retour du trans-manche à Boulogne ... (voir mon article :  LE BALMORAL EN ESCALE A BOULOGNE : CADRE DESOLANT ET QUERELLE FRATRICIDE ).

La grue hydraulique.

Vue du pont arrière.

L'Abeille Languedoc est immatriculé au quartier maritime de Brest.


Voici un petit reportage vidéo réalisé par France 3 Haute-Normandie avec les interviews de Philippe Le Bihan, commandant de l'Abeille Languedoc et Pierre Pélissier, chef Mécanicien.




Pour compléter cet article voici un lien vers le site de l'association MOR GLAZ  (Présidée par Jean-Paul Hellequin) qui regroupe des citoyens qui défendent l'environnement maritime.


Vous y trouverez de très nombreux articles consacrés au monde de la mer et à ceux qui le font vivre !


J'espère que cette présentation vous aura permis d'en savoir un peu plus à propos de l'Abeille Languedoc et vous aura donné l'envie de monter à bord lors des prochaines visites organisées !


Article publié par Yves         Photos  ©  Yves  Août/Septembre  2016

jeudi 8 septembre 2016

PUBLIC SYMPHONY

Public Symphony : Un groupe méconnu d'électro-pop qui n'a fait qu'un seul album (remixé ensuite), mais quel album !

Il est constitué par un duo anglais Dobs Vye et de James Reynolds.

D'après certains critiques leur musique serait un mélange de Massive Attack, Coldplay et Pink Floyd, et j'ajouterais également de Michael Franks.


Ils ont auto-produit leur 1er album sous le titre éponyme "Public Symphony" en 2006.


Avant de lire la suite je vous propose de lancer l'écoute en ligne sur DEEZER en cliquant ici :
Ecoute en ligne de l'album "Public Symphony" de 2006 .


En 2010 ils ont remixé et remastérisé tous les titres qu'on peut retrouver ainsi que leurs versions instrumentales sur l'album "Inspire".


Vous pouvez lancer l'écoute en ligne de cet album sur DEEZER en cliquant ici :
Ecoute en ligne  de l'album "Inspire" de Public Symphony .

 
Vous pouvez lancer l'écoute en ligne de cet album sur DEEZER en cliquant ici :
Ecoute en ligne  de l'album "Inspire Instrumental" de Public Symphony .

Si vous n'avez pas le temps de tout écouter je vous recommande Breakthrought,  Stronger,  White Dove,  Rise and Shine  mais essayez d'écouter les autres titres, ils sont tous excellents.

Sur la page officiel du groupe vous pourrez également voir quelques clips vidéos réalisés sur certaines chansons, voici le lien :

Vidéos de Public Symphony page officielle

En vous inscrivant gratuitement sur le site des artistes vous pourrez également télécharger légalement et à un prix raisonnable les titres qui vous plaisent, voici le lien :

Téléchargement légal des titres de Public Symphony


Si vous aimez un album pensez à l'acheter pour faire vivre les artistes !

Bonne écoute !

Article publié par Yves    ©    Septembre 2016

lundi 5 septembre 2016

EQUIHEN-PLAGE BERCEAU DU BEACH VOLLEY ET DE LA MOULE DE BOUCHOTS !

Les jeux de Rio ont mis à l'honneur cette discipline pratiquée toute l'année sur les plages ensoleillées du Brésil :  Le Beach Volley.


Mais combien savent que ce sport a été inventé sur la plage d'Equihen ?

C'était au début du siècle dernier.

Alors qu'ils venaient de faire une très bonne pêche, des marins d'Equihen ont décidé de faire sécher leur filet directement sur la plage pour pouvoir repartir plus vite en mer et profiter de l'abondance du poisson.


Le sable étant humide ils ne pouvaient l'étendre à même le sol.

Ils eurent alors l'idée de planter des piquets pour tendre le filet afin qu'ils puissent sécher rapidement.

Des "margats" (terme qui désigne les enfants dans le Boulonnais) qui accompagnaient leur père se mirent alors à se lancer des grosses boules d'algues au dessus du filet.

Dans les semaines qui suivirent les algues furent remplacées par une balle faite d'une vessie de porc gonflée d'air et des règles de jeu furent élaborées.

Le jeu de "balle au filet", comme l'avaient baptisé les gamins d'Equihen, était né.

Quelques années plus tard notre village reçut la visite du Major Payson L. Nusbaum, docteur du service sanitaire américain (Red cross Surgeon´s), et commandant de la base hospitalière américaine de Camiers, près d'Etaples jusqu'en 1919. Voir ICI pour plus d'informations.

Le docteur Nusbaum était un passionné de photographie et il fit de nombreux clichés lors de son séjour dans la région.

Quille en l'air d'Equihen photographiée par le Docteur Nusbaum :


Vous pouvez retrouver cette photo sur le site DELCAMPE spécialisé dans la vente de cartes postales et photos anciennes en cliquant ici :   Photo 1919 EQUIHEN-PLAGE (près Outreau) - barque renversée servant à une famille de pêcheurs

Mais c'est une autre photographie qui allait avoir une influence décisive sur l'avenir du jeu de "balle au filet".

Sur ce cliché pris sur la plage d'Equihen par le Docteur Nusbaum en 1919, on peut voir le filet tendu entre deux piquets de bois. (Un moment en vente sur Ebay, la photo, rachetée par l'Office du Tourisme de Californie, a depuis mystérieusement disparu).


Cette photographie a traversé l'Atlantique dans les malles du docteur Nusbaum qui rentra aux Etats Unis à la fin de 1919.

Comme souvent en Amérique les choses allèrent très vite.

Ce qui n'était qu'un simple jeu de plage devint un véritable sport.

Rebaptisé "Beach Volley" , le jeu conquit d'abord la côte Ouest des Etats Unis avant de s'étendre à tout le pays puis au reste du monde.

C'est ainsi que sur Wikipédia on peut lire : "Le beach-volley fait son apparition à Santa Monica en Californie dans les années 1920, puis se propage en Europe dans les années suivantes". Voir ICI.

Face aux enjeux économiques et à l'aura de cette activité plébiscitée sur toutes les plages du monde, l'histoire est restée muette quant aux véritables origines du Beach Volley.

Les promoteurs de ce sport doivent penser qu'il ne serait pas très glamour de révéler qu'il a été inventé par des enfants de modestes pêcheurs sur une plage du nord de la France.

Beach Volley sur une plage de Santa Monica en Californie :


Mais l'histoire ne s'arrête pas là.

Une conséquence du jeu de la "balle au filet" fût l'invention de la culture des moules sur bouchots !

Revenons à Equihen au début du siècle dernier.

Les margats ont joué tout l'été à la "balle au filet", mais l'hiver est arrivé, et avec lui son cortège de tempêtes.

Sous la pression des vagues et du vent le vieux morceaux de filet donné aux enfants par les pêcheurs c'est déchiré et c'est enroulé sur les poteaux de bois.

Au printemps suivant, alors que les enfants arrivent sur la plage pour pratiquer leur jeu favori ils découvrent avec consternation que des petites moules ont commencé à pousser sur les bouts de cordes enroulés aux piquets.


Venus constater cela, les pêcheurs comprirent vite l'intérêt que pouvait représenter la croissance des moules sur des poteaux plantés dans le sable au pied du village plutôt que dans les rochers plus ou moins éloignés où ils devaient se rendre à pied.

La "moule sur piquets" comme on l'appelait à l'époque était lancée.

Grâce à une production de qualité, Equihen devint alors célèbre pour sa culture du mollusque bivalve.

Photos de quelques piquets à moules sur la plage d'Equihen vers 1930.


Mais tandis que les techniques de production s'affinaient, la deuxième guerre mondiale éclata.

Grâce à ses "moules sur piquets" le village s'en tirait plutôt bien et la population pu manger à sa faim durant les premiers mois du conflit.

Mais très vite l'envahisseur allemand décida de fortifier le littoral du Pas de Calais en prévision d'un débarquement allié.

C'est ainsi qu'arriva le Maréchal Rommel, en tournée d'inspection sur le mur de l'Atlantique (qui s'étendait tout le long de la côte Ouest de l'Europe).

Une semaine avant son arrivée une terrible tempête avait couché de nombreux piquets que les pêcheurs avaient tenté d'étayer comme ils le pouvaient.

Sur la photo ci dessous on voit le Maréchal Rommel au milieu des piquets à moules d'Equihen dévastés par la tempête :


De ce triste spectacle Rommel retint cependant une chose : ces "moules sur piquets" étaient une excellente idée pour nourrir à peu de frais ses troupes stationnées tout le long du littoral.

C'est ainsi qu'il fit planter des dizaines de milliers de poteaux sur les plages d'Europe afin de cultiver les moules pour ses soldats.

Sur le cliché ci dessous on peut voir la mise en place de piquets à moules entre Equihen et Hardelot par des soldats de la Wehrmacht. A l'aide d'une moto-pompe qui envoie de l'eau sous haute pression dans des tuyaux, un trou est creusé dans le sable afin de planter les poteaux. (Technique toujours utilisée aujourd'hui pour les bouchots).


  Les alliés, pour leur part, crurent longtemps que ces piquets avaient été plantés pour retarder les opérations de débarquement. Bien au contraire, ils les facilitèrent ...

En effet, fin mai 1944, une bactérie infecta les mollusques et la gastro-entérite fit des ravages parmi les troupes allemandes qui s'en nourrissaient.

Le document suivant est une photo très rare de deux soldats allemands assis sur des toilettes de plein air (Freiluft Donnerbalken) dans le bocage normand en juin 1944, pendant l'avancée des alliés. Considérés comme des déserteurs, ils eurent juste le temps de remonter leur pantalon avant d'être exécutés pour l'exemple par l'officier de la Gestapo qui les avait surpris.

La suite on la connait : considérablement affaiblis et souffrant de diarrhées aiguës les soldats allemands, victimes des moules insalubres, ne purent repousser les troupes alliées débarquées en Normandie le 6 juin 1944.

La France fut bientôt libérée, en grande partie grâce à la mauvaise idée que Rommel avait eu de nourrir ses troupes de mollusques.

Déshonoré par cet échec cuisant, le Maréchal se suicida en octobre 1944.

Quant au jeu de "balle au filet" à l'origine de toutes ces péripéties il devint un sport olympique en 1996 sous son nom américanisé de Beach Volley.

Les "margats" d'Equihen continuèrent longtemps à jouer sur la plage, comme on peut le voir sur cette photo des années 80 :


Mais aujourd'hui, quand les enfants descendent à la plage, ce n'est plus pour jouer à la "balle au filet", c'est pour attraper les Pokemon qui jouent au Pika Ball,  une variante du Beach Volley pratiquée par Pikachu et ses amis ! :


NB :
  
Comme tous les articles de la rubrique "SCOOP", celui-ci s'inspire de faits réels pour rendre crédible un récit totalement imaginaire. 

Une façon de prouver que sur Internet on peut facilement refaire l'Histoire ... 


“L’Histoire n’est qu’une histoire à dormir debout.”    Jules Renard



Article publié par Yves     ©  Yves  Septembre   2016

vendredi 2 septembre 2016

MORSURES DE PHOQUES : UN DANGER BIEN RÉEL !

En février 2014 j'avais déjà abordé la question du danger potentiel que pouvait représenter la prolifération des phoques sur le littoral : Voir mon article :  FAUT IL AVOIR PEUR DES PHOQUES ?

Des faits récents me conduisent à revenir sur le sujet et à répondre par l'affirmative : Oui les phoques sont dangereux pour d'autres espèces marines mais aussi pour l'homme.

Pour les incrédules voici un avertissement lancé par le Préfet de la région Nouvelle-Aquitaine afin de sensibiliser les baigneurs et promeneurs du littoral :


C'est l'envoi par une habitante de Boulogne de photos d'un cadavre de marsouin dépecé retrouvé sur la plage d'Equihen qui m'a poussé à mener de nouvelles investigations.

Voici les photos prises par Sophie Goudier :






En plus des photos, Sophie avait joint un article du Groupe de Recherche sur les Cétacés (G.R.E.C) qui venait éclaircir les causes de la mort de cet animal.

Après des années de recherche, les scientifiques ont acquis la conviction que ce sont les phoques gris qui attaquent ainsi les marsouins !


Voici le lien vers l'article du G.R.E.C :  http://www.cetaces.org/nouvelles/les-problemes-de-voisinage-des-marsouins  

Un grand merci à Sophie pour ces informations qui sont à la base de ce nouvel article.

Je n'ai eu aucun mal à trouver quantités d'autres articles de revues scientifiques qui font mention de ces attaques des phoques sur les marsouins.

Voici par exemple un article du magazine Sciences et Avenir :


Vous pouvez retrouver cet article ici :  L'ADN a parlé : les phoques gris sont des tueurs de marsouins

Mais au delà des marsouins, il est désormais avéré que les phoques représentent un réel danger pour l'homme.

Si sur notre littoral l'information n'a pas encore été relayée par les pouvoirs publics, il n'en va pas de même pour les côtes Atlantique où les attaques de phoques sur l'homme ont fait l'objet d'une campagne de prévention de la Préfecture de Nouvelle-Aquitaine, comme en témoigne l'affiche en tête de cet article.

La presse et les médias locaux ont fait de nombreux reportages sur le sujet en voici quelques extraits :

Voici des extraits du journal Sud Ouest :


Article que vous pouvez retrouver ici :  Littoral : la présence des phoques en Gironde n'est pas sans danger

Autre article :



Vous pouvez retrouver cet article ici : Bassin d'Arcachon : un nageur attaqué par le phoque You


La télévision n'est pas en reste voici quelques exemples :

Reportage de France 3 Aquitaine intitulé : Gironde : Attention aux phoques, ça mord !

Un autre reportage de France 3 Aquitaine :  Littoral : vacanciers et phoques cohabitent !


A titre personnel, alors que je me baigne à Equihen à proximité des phoques depuis de nombreuses années j'ai eu mon premier contact direct avec cet animal le 31 août dernier.

Les vagues m’empêchant de nager près de la plage je me suis éloigné un peu de la côte pour bénéficier d'une mer plus calme et au bout de 10 minutes j'ai senti un premier contact sur ma jambe droite.

J'ai d'abord pensé à une algue ou un déchet quelconque et j'ai continué de nager.

Quelques instants plus tard, un deuxième contact au même endroit mais cette fois plus pressant m'a fait penser que c'était autre chose qu'une algue.

J'ai alors vu juste à coté de moi un phoque qui remontait pour plonger aussitôt.

J'avoue ne pas avoir cherché à comprendre ce que le phoque voulait, je suis reparti immédiatement vers le bord rejoindre des amis qui ont assisté de loin à la scène.

J'avais remarqué depuis le début de l'été que la distance d'observation des phoques se réduisait mais je ne pensais pas qu'ils iraient jusqu'à venir au contact.

Plus de peur que de mal pour cette fois, mais une plus grande vigilance sera de mise aux prochains bains de mer.

Voici quelques photos prises par Sophie sur la plage d'Equihen :



Sur ce cliché on peut se rendre compte que le phoque évolue très près du baigneur !

Il est regrettable que les attaques de phoques qui se sont produites sur la façade Atlantique ne soient pas portées à la connaissance du public qui fréquente le littoral de la Manche et de la Mer Du Nord alors que de nombreuses colonies de cette espèce ont élu domicile sur nos rivages.

Article publié par Yves  © 2016    Photos Sophie Goudier et Journal Sud Ouest, Vidéos France 3 Aquitaine
Reproduction des articles, photos et vidéos interdite. Tous Droits Réservés © EQUIHEN PLAGE COTE D'OPALE 2014,2015,2016