lundi 23 novembre 2015

AVRIL 1942 : LES ALLIES ONT DEBARQUE AU SUD DE LA PLAGE D'EQUIHEN !

Dans la nuit du 21 au 22 avril 1942, plus de deux ans avant le Jour J du 6 juin 44, des commandos anglos-canadiens avaient pour mission initiale d'effectuer un débarquement à Hardelot.

Une erreur de navigation et les forts courants de la Manche ont fait qu'une partie des troupes (Commandos Canadiens) s'est retrouvée engagée en mer devant Equihen alors que l'autre débarquait au sud de notre plage, un peu au nord d'Hardelot (Commandos Anglais).

L'opération "ABERCROMBIE", était une petite incursion de reconnaissance,  qui avait pour but d'étudier un tronçon de la côte française occupée par l'armée allemande, de capturer quelques prisonniers, et de faire autant de dommages que les circonstances le permettaient.

Une premiére tentative dans la nuit du 19 au 20 avril échoua suite au naufrage dans le détroit d'un des navires de débarquement. L'opération fut alors reportée à la nuit du 21 au 22 avril 1942.

Le commandement de la mission fut confié au Major Lord Lovat (de son vrai nom Simon Christopher Joseph Fraser).


Le Major Lord Lovat, donnant ses ordres le 21 avril 1942, la veille du raid.


Les commandos devaient être amenés à proximité de la côte française à bord de Vedettes Rapides Armées (Motor Gun Boats = MGB) puis transférés sur des Embarcations d'Assaut et de Débarquement  (Assault Landing Craft = ALC), qui avaient été remorqués et qui devaient les faire débarquer sur la plage.

Voici à quoi ressemblaient les embarcations de débarquement :


Photo d'un Assault Landing Craft littéralement embarcation d'assaut et de débarquement, prise en 1942 lors d'un execrcice sur la côte anglaise.

Ci dessous un exemple de Vedettes Rapides Armées  (Motor Gun Boats = MGB)  qui ont remorqué les ALC (Assault Landing Craft = Embarcation d'Assaut et de Débarquement) :


Les forces engagées dans cette opération téméraire devaient débarquer sur la côte française sous couvert de l'obscurité, effectuer une reconnaissance militaire des défenses des plages Nord et du Sud d'Hardelot, attaquer et détruire un projecteur de DCA (Searchlight Post) et si possible revenir avec des prisonniers et toutes les informations disponibles.

Exemple de projecteur de DCA allemand (Flakscheinwerfer) que les alliés devaient faire sauter :


Comme on l'a vu au début de cet article la mission ne s'est pas déroulée comme prévu.

Voici ce que nous apprennent les rapports rédigés au retour de l'opération.

Le groupe de Lord Lovat (Commandos Anglais) a débarqué sans opposition à 01H40, a traversé les défenses de barbelés disposées dans les dunes avec quelques difficultés, et a établi une tête de pont avec constitution d'un périmètre de défense.

 Cependant, le groupe avait été débarqué à une distance considérable au nord du point d'atterrissage prévu, et à proximité d'un ruisseau sans nom qui se jette dans la Manche.
NDLR : Ce ruisseau "sans nom" mentionné dans le rapport pourrait être celui de la Becque qui débouche au nord d'Hardelot.

Un détachement a bien progressé vers le projecteur de DCA d'hardelot dans le but de le faire sauter mais n'a pas eu le temps d'y parvenir car entre temps la fusée de rappel signalant le réembarquement fût lancée. Une petite patrouille ennemie a été rencontrée sur la plage pendant l'opération, mais apparemment elle n'a pas cherché le contact et a préféré battre en retraite. Le seul commando Anglais  blessé pendant l'opération l'a été par un de ses camarades de combat qui l'a blessé aux chevilles car il approchait sans avoir prononcé le mot de passe.

En ce qui concerne les commandos Canadiens qui constituaient l'autre groupe, ils n'ont jamais débarqué car ils se sont retrouvés devant Equihen et ont été pris sous le feu nourri des batteries cotières allemandes.

Ci dessous un extrait du rapport mentionnant "Le Nocquet-Equihen-Ecault" où les Commandos Canadiens sont arrivés sans pouvoir débarquer.



La courte vidéo ci dessous présente l'ensemble de l'opération et on peut y voir l'engagement qui a eu lieu entre les vedettes canadiennes et les batteries allemandes d'Equihen.



Une autre version de cette vidéo :


L'enthousiasme de ces films d'actualités refléte bien l'esprit de propagande qui régnait à l'époque.

Bien que n'ayant pas réalisé les objectifs fixés, l'opération fut présentée comme un succés.

Il fallait bien donner du courage aux hommes qui, quelques mois plus tard, en aout 1942, allaient opérer un raid de très grande ampleur sur Dieppe en subissant un échec cuisant et de terribles pertes (plus de 2000 morts et de nombreux prisonniers).

A noter qu'au moment de l'opération Abercrombie, en avril 1942, le célébre "Mur de l'Atlantique" n'en était encore qu'à l'état d'étude. Seuls les grands ports des pays occupés par les Allemands avaient été en partie fortifiés.

Par conséquent le littoral et donc la plage située entre Equihen et Hardelot ne comportaient pas encore les nombreuses défenses qui seront édifiées par la suite.

Ainsi le groupe de blockhaus qu'on peut encore voir de nos jours en bas des dunes à mi chemin des deux villes n'existait pas à l'époque en 1942.
On l'appelle familiérement "les 3 canons" ou "les 3 blockhaus".
Il  fait partie d'un ensemble érigé en 1943 et que les Allemends avaient baptisé "Stützpunkt Obelisk" ("Point d'Appui Obélisque", en référence au monument situé dans les dunes à proximité).

Une partie du Stützpunkt Obelisk ("Point d'Appui Obélisque") entre Equihen et Hardelot :


Inscription gravée dans le béton d'une des fortifications du Stützpunkt Obelisk et datant la construction à Juillet 1943.


De même les "hérissons tchéques", pieux Rommel, et autres dispositifs anti-débarquement qu'on peut voir regroupés sur la photo ci dessous n'étaient pas encore installés en 1942.


L'Opération Abercrombie, ainsi que tous les raids menés sur le littoral de la Manche par les alliés et principalement celui de Dieppe en aout 1942 avaient pour but d'une part de donner des gages de bonne volonté aux Russes qui souhaitaient l'ouverture d'un 2eme front à l'ouest pour soulager leurs armées mais surtout de préparer le grand débarquement de juin 1944 en testant le matériel et les stratégies d'attaque.

 

Article publié par Yves       Novembre 2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour laisser vos commentaires, si vous n'avez pas de compte, sélectionnez "Nom/Url" (Vous devrez alors entrer votre nom et un lien vers votre site si vous le désirez) ou "Anonyme" tout en bas du menu déroulant puis écrivez le commentaire en signant de votre prénom ou de vos initiales.

Reproduction des articles, photos et vidéos interdite. Tous Droits Réservés © EQUIHEN PLAGE COTE D'OPALE 2014,2015,2016