dimanche 26 janvier 2014

GEORGES MARONIEZ


Peintre et photographe, Georges, Philibert, Charles Maroniez, est né à Douai en 1865 et mort à Paris en 1933.

Georges Maroniez a peint de très beaux tableaux à Equihen Plage
 
Il fait des études de droit, tout en étudiant le dessin à l’Ecole des Beaux-Arts. Il entre dans la magistrature et est successivement juge et juge d’instruction à Boulogne-sur-Mer, Avesnes-sur-Helpe et enfin Cambrai ou il se fixe en 1897. Parallèlement, Maroniez se consacre à la peinture. Il expose pour la première fois au Salon des Artistes français en 1887, obtient une mention en 1891, une troisième médaille en 1905 et en 1906 une deuxième médaille qui le classe hors concours. Il abandonne la même année la magistrature pour se consacrer complètement à son art.

Son œuvre

Jeune adolescent, Georges Maroniez commence à peindre aux environs de Douai alors que meurent Corot, Millet, Courbet, les grands maîtres du paysage. D'abord peintre de la campagne et de la vie rurale, au style naturaliste, très classique, voire académique, il évolue ensuite au contact de l'École de Wissant vers les marines, plus précisément les paysages et scènes de bords de mer.

Il excelle dans ce genre au point d'être présenté comme un peintre de la mer, ce qu'il récusera. Peintre « des langueurs et des colères de la mer », il représente la vie des gens de mer; dans les paysages côtiers et les scènes de port, il s'attache à saisir le quotidien d'humbles marins-pêcheurs et de leurs familles, le labeur pénible, le courage, l'attente. Equihen lui a inspiré plusieurs de ses plus belles oeuvres.

Il est aussi le peintre d'une France rurale et prospère après plus de 40 ans de paix, et d'une civilisation encore peu mécanisée, de chevaux et de bateaux à voile. Un monde qui va disparaître avec la première guerre mondiale: dès les années 1920, les chalutiers à moteur vont éliminer les flottilles de voiliers de pêche qui lui ont fourni tant de sujets de tableaux.

Son œuvre est abondante et disséminée en France, en Europe et en Amérique du Nord. On l'estime à plus de 800 tableaux, auxquels s'ajoutent des milliers d'études, pochades et dessins préparatoires, ainsi que ses nombreuses prises de vues photographiques. Plusieurs œuvres figurent dans les musées du Nord, principalement ceux de Cambrai et de Douai.

On peut citer parmi celles ci :

Pêcheurs d'Equihen (1902) Huile sur toile, 111x173cm

Les Moulières (1905) Huile sur toile, 107x157cm


 – Auguste Condette à Equihen (1901)


 – Pêcheuses de crevettes


 Tristes nouvelles


Pêcheurs sur une plage


Le diaporama ci dessous présente quelques oeuvres de Georges Maroniez

 
Get the flash player here: http://www.adobe.com/flashplayer
Article publié par Yves     Sources Internet

samedi 25 janvier 2014

LA LAISSE DE MER


La laisse de mer ... mal aimée mais indispensable à l'équilibre de l'écosystème !

La laisse de mer est l'accumulation sur le littoral, à la limite supérieure du flot, de débris naturels ( algues, bois flotté, coquillages, poissons et crustacés morts, etc.) et de déchets issus de l'activité humaine ( bouteilles, sachets plastique, cordages, filets, bidons etc.) qui y sont apportés par la mer.


Si la partie "anthropique" de ces résidus (c'est à dire celle qui provient de l'activité humaine ) porte atteinte à l'esthétique de la plage et peut être source de dangers et de pollution ( huile usagée, seringues, plastique  etc.), par contre la partie naturelle de ces dépôts a un rôle très important à jouer à plusieurs niveaux.

Pour commencer, les dépôts naturels sont un maillon essentiel de la chaîne alimentaire en bord de mer. Comme l'illustre fort bien ce schéma la laisse de mer bénéficie à toutes les composant littoraux, faune et végétaux.



Mais la laisse de mer a aussi une autre fonction : elle contribue à la stabilité de la côte et en particulier du cordon dunaire.

Elle protège la côte des effets mécaniques des vagues en les amortissant, en diminuant l'érosion et en participant à la retenue du sable.

Mais au delà de ce rôle de protection la laisse de mer participe aussi activement à la formation des dunes comme l'illustre le schéma ci dessous :


On le voit donc les dépôts naturels ont une place primordiale dans l'équilibre de la zone côtière.

Voici un diaporama réalisé par l'Ifremer qui résume les bienfaits de la laisse de mer.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama dans une nouvelle fenêtre :  DIAPORAMA LAISSE DE MER IFREMER

Cas particulier des algues vertes

Ce n'est pas une tentative américaine de débarquement ( cf Cuba 1961 ) qui a abouti à surnommer la plage de Saint Brieux "La baie des cochons", mais la prolifération excessive des algues vertes issues de la pollution agricole ( principalement le lisier de porc ).

Bien que s'agissant d'une algue, on parle ici de pollution anthropique car sa présence anarchique est dû aux rejets de nitrates dans les rivières par l'élevage intensif.

Ce phénomène, appelé aussi "Marée verte" pose de nombreux problèmes car en plus de l'impact négatif sur le tourisme (odeurs fortes, plages impraticables ... ), la décomposition de ces algues peut s'avérer toxique ( émanation d'hydrogène sulfuré ),  provoquant la mort d'animaux ou même d'êtres humains en cas de forte exposition.


Mais hormis le cas des marées vertes principalement localisées en Bretagne,  la pollution anthropique ( issue des activités humaines ) résulte surtout dans les rejets inconsidérés par l'homme de tout sorte de déchets, pneus, téléviseurs, galettes de pétrole issues des marées noires ou du dégazage en mer, pots de peinture, etc...



Ces "macro déchets" doivent bien sûr être éliminés, car il constituent une atteinte à l'environnement et un risque potentiel pour les usagers de la plage.

Et c'est là qu'est toute la difficulté : éliminer les macro déchets issus de l'activité humaine tout en laissant en place les dépots organiques naturels.

De nombreuses communes se sont équipées d'engins mécaniques, les "cribleuses", attelées à des tracteurs afin de nettoyer les plages pendant la saison pour accueillir au mieux les touristes.


Malheureusement ces engins ne peuvent pas faire le tri entre macro déchets et rejets organiques naturels, avec les conséquences qu'on peut voir sur ce schéma :



On constate donc que le nettoyage excessif des plages nuit à la biodiversité du littoral et accélère l'érosion du trait de côte.

Pour remédier à cela certaines communes ont décidé de proscrire le ramassage mécanique au profit du ramassage manuel qui présente l'avantage de participer à la pérennité de l'espace littoral.

Si on regarde le comparatif des deux méthodes dans le tableau ci dessous on s'aperçoit que le coût de la main d'œuvre plus élevé en cas de ramassage manuel peut être compensé par les économies faites sur les frais d'acquisition, de stockage et d'entretien du matériel ainsi que sur le traitement des déchets collectés.


Le département de la Manche à réalisé un superbe document afin de sensibiliser tous les acteurs du littoral à l'importance de la laisse de mer.

Cliquez ici pour ouvrir ce document dans une nouvelle fenêtre : LES ENJEUX ECOLOGIQUES DES LAISSES DE MER


Mais gardons à l'esprit que le déchet le plus inoffensif est celui qu'on ne jette pas dans la nature ! 


Article publié par Yves          Sources IFREMER, Departement de la Manche et Internet

mercredi 22 janvier 2014

EXCLUSIVITE ! UN MAMMOUTH A EQUIHEN !


LES RESTES D'UN MAMMOUTH ENCORE VISIBLES DANS UN CHAMP A EQUIHEN !




Le mammouth Fumo est une espèce éteinte de la famille des Regelbau Germanicus. Les Regelbau Germanicus ont occupé toute la façade maritime de l'Europe, de la scandinavie jusqu'aux rivages méditerranéens.

 

ADDENDUM :

Suite à de nombreux mails de visiteurs incrédules je suis obligé d'apporter quelques précisions à cet article.

OUI il y a bien les restes d'un mammouth à Equihen !!!

Mais non, les traces que vous apercevez au premier plan de la photo ne sont pas celles d'un pachyderme ! Elles résultent d'un brulage de paille dans le champ ...
Mais alors où est le mammouth ???

Et bien il est devant vous, sur la photo, regardez bien !

Vous ne voyez toujours pas ?

Voici d'autres clichés qui devraient vous ouvrir les yeux ...

 Et là vous le voyez mieux ?


Toujours pas ?

Et en changeant d'angle de vue ?


Toujours rien ?

Alors laissez moi vous présenter la station radar Mammouth ( en allemand Mammut ) de type Mammut Fu.MO 51 !

Ces trois "blocs" qu'on peut apercevoir de la route Equihen - Le Portel étaient en fait un élément essentiel du systéme de défense allemand pendant la seconde guerre mondiale.

Ils servaient de support à un énorme radar comme l'illustre la photo d'époque ci dessous :


Cette gigantesque structure méritait bien son nom de Mammouth (Mammut en allemand)


Pour maintenir cet énorme assemblage et abriter les équipements de détection il fallait une construction spécialement adaptée : c'est le bunker de type Regelbau  V 143 ( qui est représenté sur les photos du début de l'article ) et dont vous pouvez voir les plans ci dessous :



On remarquera que sous les trois blocs de béton ( visibles sur les photos ) il existe un véritable labyrinthe de piéces cachées sous la terre.

Voici donc le mystére du mammouth éclairci !!


Article publié par Yves   Crédit photos Yves et Internet
 


mardi 21 janvier 2014

BALADE AU CAP GRIS NEZ !


Une boucle vivifiante et de superbes panoramas !

C'est ce qu'offre cette balade récemment tracée au cap gris nez.

Ci dessous le plan de la balade. Bien entendu la boucle peut être réalisée dans les deux sens !

Cliquez sur la carte pour l'afficher à sa taille réelle.



Attention :  Le parcours traverse en partie un champ, par temps de pluie prévoir des chaussures adaptées !

Voici un diaporama qui résume cette balade que j'ai effectuée mi décembre 2013.


Get the flash player here: http://www.adobe.com/flashplayer

Publié par Yves        Crédits photos Yves

lundi 20 janvier 2014

UN EXPLOIT TOMBE DANS L'OUBLI ...


16 avril 1912 ... Harriet Quimby, aviatrice américaine, décolle de Douvres et se pose sur la plage d'Equihen !     



Trois ans après Louis Blériot ,  Harriet Quimby devient ainsi la première femme à traverser la Manche en avion, à une époque où l'aviation en était encore à ses premiers balbutiements.

En 1911, à 36 ans, après une brillante carrière de journaliste et de scénariste aux Etats Unis, Harriet Quimby est la premiére femme à obtenir son brevet de pilote d'aéroplane par l'Aero Club of America.

Moins d'un an plus tard, elle gagne le pari fou d'être la 1ere femme à rallier l'Angleterre à la France.

Ce remarquable événement n'aura cependant pas le retentissement qu'il méritait ...

En effet, un autre événement survenu 2 jours auparavant, le 14 avril 1912,  allait monopoliser la presse du monde entier : ce jour là le plus luxueux paquebot de l'époque sombrait dans l'atlantique nord lors de sa première traversée, après avoir heurté un iceberg ...

Mais le naufrage du Titanic n'a pas été le seul a éclipser cet exploit qui s'est déroulé sur la plage de notre commune ...

En effet, comme on peut le lire dans ces deux articles de notre grand quotidien régional, le lieu d'atterrissage d'Harriet Quimby est curieusement localisé sur la plage d'une station balnéaire située au sud de notre commune ...

     La Voix du Nord Edition de Calais  Publié le 17/04/2012 à 05h02
 
Copiez ce lien dans une nouvelle fenêtre de votre navigateur pour voir l'article :

www.lavoixdunord.fr/Locales/Calais/actualite/Secteur_Calais/2012/04/17/article_16-avril-1912-harriet-quimby-37-ans-devi.shtml

     La Voix du Nord Edition de Boulogne  Publié le 16/04/2012 à 05h01 qui titre carrément :

" Il y a tout juste 100 ans, Harriet Quimby posait son « Blériot XI » sur le sable à Hardelot "  !!!


Copiez ce lien dans une nouvelle fenêtre de votre navigateur pour voir l'article :

www.lavoixdunord.fr/Locales/Boulogne_sur_Mer/actualite/Secteur_Boulogne_sur_Mer/2012/04/16/article_il-y-a-tout-juste-100-ans-harriet-quimby.shtml

Par contre WIKIPEDIA, l'encyclopédie en ligne, mentionne bien les environs d'Equihen comme lieu d'atterrissage

Copiez ce lien dans une nouvelle fenêtre de votre navigateur pour voir la page :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Harriet_Quimby


Mais qu'en est il réellement ?

Comme vous pourrez le constater sur ce cliché, c'est bien au pied de la descente à bateau d'Equihen, ( la grande plage ) qu'Harriet Quimby a été portée en triomphe par la population de notre commune !

 
Sur cet autre cliché vous pouvez la voir attablée au pied de l'ancien batiment du canot de sauvetage situé sur le terre plein ( actuel parking de la grande plage ) entourée de la population locale. On voit d'ailleurs bien la falaise en arriére plan.

 
Sans doute Harriet Qimby est elle à l'origine de ce malentendu quant au lieu d'atterrissage ...

Son admiration pour Louis Blériot qui fréquentait la station d'Hardelot où il s'entrainait avec ses aéroplanes et aéroplages  l'aura peut être inconsciemment poussée à mentionner cette ville plutôt qu'Equihen où pourtant elle avait reçu un accueil chaleureux.

Toujours est il que c'est bien notre commune d'Equihen-Plage qui a été le cadre de cet exploit remarquable.

En effet on imagine mal Harriet Quimby se poser à Hardelot puis revenir à pied à Equihen !

N'en déplaise à tous ceux qui essayent "d'exploiter ce filon" (voir l'article de la Voix du Nord) les photos prouvent bien que c'est à Equihen que l'aviatrice a foulé le sol en arrivant en France.

Malheureusement à peine 3 mois plus tard, le 1er juillet 1912, Harriet Quimby trouvait la mort à Boston au cours d'un meeting aérien, mettant ainsi un terme à sa courte carrière d'aviatrice.

Voici un diaporama qui résume en quelques photos les événements de cette journée du 16 avril 1912 et qui présente aussi quelques images d'archives de cette femme exceptionnelle.


Get the flash player here: http://www.adobe.com/flashplayer

Article Publié par Yves              Crédits photos : Internet

samedi 18 janvier 2014

REPORTAGE : LES MOULIERS D'EQUIHEN 1973 VIDEO


Reportage : Les mouliers d'Equihen

En hommage aux générations d'Equihennois qui ont exercé cet éprouvant métier.

Voici un reportage de 1973, conservé dans les archives de l'INA (Institut national de l'audiovisuel) et consacré aux mouliers d'Equihen.

L'INA décrit ainsi cette vidéo datée du 1er septembre 1973 :

"...Le ramassage des moules à Equihen dans la région de Boulogne sur Mer. Moulier est un métier dans la saison des moules. Une femme âgée raconte comment, depuis l'âge de 12 ans elle ramasse ces moules à la cuillère sur les rochers..."


La "dame agée" dont il s'agit n'est autre qu'une illustre habitante d'Equihen, Madame Lucienne Descamps qui nous parle du quotidien de son dur métier.

Lucienne Descamps


Ce témoignage émouvant nous présente la cueillette, le transport et la vente des moules dont Equihen s'était fait une spécialité.

On notera que ce jour là la cueillette avait eu lieu sur le gisement d'Alprech au Portel.

A noter aussi la présence de deux enfants dans le reportage : Il s'agit d'un camarade de l'époque et de moi même.

Yves en 1973 ... que de souvenirs ...


Mais trêve de nostalgie, et place au reportage !




Et pour compléter ce film voici un petit diaporama réalisé à partir d'images extraites du film où on peut retrouver les différents moments d'une journée de Madame Descamps.


Get the flash player here: http://www.adobe.com/flashplayer


Article publié par Yves        Crédits photos et vidéo : INA 

mercredi 15 janvier 2014

RUE DU PEINTRE LECLERCQ ( Ancienne rue Cazin)

Rue du peintre Leclercq , ancienne rue Cazin , quartier des Marguerites, lieu dit le Becquet

Equihen a subi de très lourds dégâts pendant la deuxième guerre mondiale et on a parfois du mal à s'imaginer à quoi pouvait ressembler le village avant ce conflit meurtrier.

Parmi les rues qui ont été profondément transformées on peut citer la rue Cazin , rebaptisée d'abord Impasse Leclercq, puis plus récemment rue du peintre Leclercq.

Voici tout d'abord des clichés pris au même endroit mais à plus de 100 ans d'écart !

Ils vont permettront de situer les photos que vous pourrez ensuite regarder dans le diaporama.

Photo prise depuis le bas de l'ancienne rue Cazin en 1911


Photo prise du même endroit Rue Leclercq en 2014


Photo prise depuis le milieu de la rue Cazin entre les 2 guerres


Photo prise du même endroit rue Leclercq en 2014



Voici maintenant un petit diaporama avec des photos de la rue Cazin au début du siécle dernier.

Get the flash player here: http://www.adobe.com/flashplayer

Publié par Yves        Crédits photos Internet et Famille Anselin
Reproduction des articles, photos et vidéos interdite. Tous Droits Réservés © EQUIHEN PLAGE COTE D'OPALE 2014,2015,2016